Magazinevideo > Apprendre > Voir un reportage, fiction, tuto > Voir un reportage

Village Finlandais de l'âge de fer

Trouver un sujet original de reportage

11 avril 2015 par Franck Laveille

Auteur : Franck Laveille - Musique : The Racoons - Gavotte/Horse branle (licence creative commons) -Durée : 8'17''

Voici un reportage bilingue (Francais-Anglais) portant sur un village marchand de l’âge de fer construit en 1997 à Helsinki par Sommelo, une association locale.  A la faveur d’une course de biathlon très particulière, Franck, qui réside en Finlande, a filmé ce village et interviewé Olli, responsable de l’association sur ce site.
 

Tourné avec un Micro Rode Videomic.

Monté sur FCPX.

 
L’intérêt qui se dégage de ce petit documentaire est la manière avec laquelle on peut dégoter des “sujets filmiques” dans un pays, en tant que touriste. Certes, Franck Laveille est un cas particulier puisqu’il est un expat’, il réside en Finlande, il a donc plus de faculté de creuser ses sujets, et ses films sont assez aboutis, avec interview à la clé. Mais les règles pour trouver un bon sujet sont assez constantes pour  l’expat’ comme pour le touriste, d’autant que pour ce dernier, rien ne l’empêche de revenir dans un même pays pour approfondir ou compléter un sujet. Passons en revue les différents médias possibles qui peuvent vous aider :
 

Les guides touristiques (papier) :

Ne riez pas, ils sont une mine d’or car au détour des lignes, il peuvent évoquer un artisanat local, une coutume, une fête (religieuse, traditionnelle…), un lieu magique, que vous découvrez à la lecture du guide. Il faut avoir un peu l’habitude. A ce jeu, j’ai un faible particulier pour le Guide du Routard qui sait sortir des sentiers battus (beaucoup plus que le Lonely Planet) et indiquer parfois des lieux en apparence anecdotiques qui s’avèrent tout à fait intéressants. C’est ainsi qu’au détour des monuments les plus connus d’Hanoi au Vietnam, j’ai découvert un temple magnifique  inconnu car éloigné de 40 kms, où ont été tournées plusieurs scènes du film Indochine de Régis Wargnier. J’ai ainsi pu juxtaposer au montage les scènes du film et celles du décor naturel qui a servi au tournage. Plusieurs exemples de ce type se sont produits au cours de mes pérégrinations touristiques.
 

Les responsables de guesthouses :

Plutôt que les grand hôtels anonymes, les responsables de guesthouses sont souvent proches de leurs clients et peuvent leur indiquer des curiosités locales. Ceux qui ont une approche intelligente du tourisme percevront vite ce qui pourrait vous intéresser si vous leur dites que vous aimeriez ramener des images un peu insolites ou traditionnelles, en dehors des sentiers battus. Je ne compte plus les responsables de guesthouses que j’ai interrogés et qui m’ont fait découvrir des petits sujets intéressants.
 

Le Web, les forums Web :

Bien sûr c’est une mine d’or. Le revers de la médaille, la profusion d’informations et la déambulation à travers les infos et témoignages (forums de voyage, blogs de voyage…) peuvent vite vous faire passer des journées entières à la recherche du “sujet intéressant” et vous faire perdre le nord !
 

Le calendrier des fêtes nationales ou locales :

Connaître le calendrier des fête d’un pays, c’est s’assurer un spectacle souvent haut en couleurs, sur les sujets les plus variés et les plus incroyables qui soient. Plusieurs écueils toutefois :
 
-Mieux vaut ne pas avoir peur de la foule et redoubler d’attention pour son matériel, car les fêtes locales sont tout d’abord organisées pour les locaux (!) avant les touristes et peuvent attirer une foule considérable. Les bousculades sont donc nombreuses pour voir le spectacle.
-S’occuper en priorité de la logistique car les hôtels aux alentours peuvent être archi-complets, ou l’accès routier, rendu difficile.
-Autre difficulté (en Inde par exemple), la non-régularité des dates de fêtes d’une année sur l’autre, en raison du calendrier lunaire (qui change chaque année).
 

Les guides (humains !)

Il peut s’agir d’un étudiant (contactez par exemple le Centre Culturel français du pays) ou d’un guide non-étudiant, dans une agence de voyage. Ils sont précieux car ils connaissent bien la vie locale et s’ils sont perspicaces, ils peuvent vous indiquer des sujets intéressants à filmer. Une première matinée peut être consacrée au repérage et une 2e matinée au filmage proprement dit. Si vous résidez dans un pays non-francophone, ces guides peuvent aussi servir d’interprète (en anglais ou en français) avec les acteurs locaux qui ne parlent souvent ni le français ni même l’anglais.
 

Les romans ou les essais

On n’y pense pas mais il existe des dizaines de romans “documentaires” par pays, s’attachant surtout à la description d’une ville précise.  En me rendant à Kolkata en Inde, j’ai pu ainsi découvrir un roman intéressant d’un ancien attaché de consulat, qui décrivait avec force détails, des lieux trop succinctement décrits dans les guides touristiques, auxquels je n’aurais peut-être pas prêté attention.
 

La presse écrite :

Plus compliqué car il faut parvenir à lire la langue du pays.
 
(mini) 
 

Magazinevideo : Comment choisis-tu tes sujets ?

 
Franck Laveille : Je choisis mes sujets seul, en essayant d’être inspiré et d’y mettre toute mon énergie. Je peux trouver des idées aussi bien sur la toile que dans un journal. Je peux aussi profiter d’un événement pour en faire un sujet qui doit me plaire avant tout. Pour ce sujet précisément, j’avais envie depuis un moment de faire un reportage sur ce lieu si particulier, et interviewer des gens de l’association. J´ai profité de la course de biathlon pour le réaliser. Pour d’autres sujets, cela peut aussi venir d’un coup de coeur.
 

Magazinevideo : Est-ce que la proximité géographique compte dans le choix des sujets ou pas du tout ?

 
F.L. : Oui, tout à fait, je filme près de chez moi, dans un secteur proche d’Helsinki où j´habite depuis 15 ans maintenant. Le seul documentaire que j’ai réalisé ailleurs s’est tourné en Sicile, il y a un peu plus de deux ans.

Laisser un commentaire

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu de l'ajout de commentaire par email
Votre commentaire (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon commentaire

Village Finlandais de l'âge de fer : les commentaires

avatar ac Membre

20 Août 2014 à 21:28 - ( Répondre à ac ) - Signaler un abus

BRAVO beau tournage . Pouvez vous me donner la marque de votre micro pour realiser le commentaire , c est super merci
franck.franck Invité

22 Août 2014 à 15:24 - ( Répondre ) - Signaler un abus

Salut AC,et merci pour le compliment.Le micro externe est le:Rode videomic,micro canon,cardioide,au coeur de l action donc.Tres bon rapport qualité prix,aux environs de 90 ¤.Sur le site,il y a un article correspondant.
MANU09 Invité

12 Avril 2014 à 12:14 - ( Répondre à MANU09 ) - Signaler un abus

C'est joli et sympa...ce genre de groupe existe aussi en Bretagne ou ailleurs....Nos racines!
avatar Ciné7 Premium

11 Avril 2014 à 23:17 - ( Répondre à Ciné7 ) - Signaler un abus

On se laisse convaincre par cette reconstitution d'un passé qui n'a pas laissé assez de traces, pour se regaillardir pour reconstruire l'avenir avec une même tenacité ! (Little remarque, pourquoi tenir aux rayures à l'ère du propret numérique ?)
franck.franck Invité

12 Avril 2014 à 13:09 - ( Répondre ) - Signaler un abus

Oui,en effet Manu09,l´effet sur Final Cut pro x se nomme:film rétro,les rayures et les poussières (entre autres)sont parametrables.Je voulais donner un effet rétro parce que le contexte s´y prêtait bien,cela m´en á couté("Salir "l´image n est pas chose facile quand on aime comme moi la netteté et la qualité de l´image!).
MANU09 Invité

12 Avril 2014 à 12:10 - ( Répondre ) - Signaler un abus

Bin pour ajouter un aspect ancien, souvenir, un regard sur le passé, bref une ambiance....j'ai même l'impression qu'il a utilisé un style prédéfinit sur le logiciel de montage (aspect jauni) dont les rayures ne sont qu'un élément...On peut ne pas y être sensible