Magazinevideo > Apprendre > Technique vidéo

Réussir ses interviews

13 mars 2015 par Thierry Philippon

 

réusir interview

Réussir une interview, c’est tout un art. Nous avons regroupé un certain nombre de trucs de pros pour mieux les réussir.


Cet article est intégralement disponible en vidéo avec l'abonnement Premium, ou sur DVD.



> LIRE LA SUITE : Les trucs techniques des interviews

Les trucs techniques des interviews

interview vidéo

La première difficulté de l'interview, les professionnels en savent quelque chose, c'est d'obtenir un son de qualité. Car un mauvais son signifie obligatoirement une mauvaise interview et ce, quel que soit le talent de l'intervieweur ou l'aisance de l'interviewé. Ici, en présence de chutes d'eau, le cas est problématique, malgré la grande proximité de l'intervenante.

On parvient à entendre l'intervenante mais sa voix ne se détache pas suffisamment des chutes d'eau. L'alternative préconisée dans ce genre de situation est d'utiliser un micro-cravate à fil, ce qui est possible lorsque la personne qui s'exprime est à proximité de la caméra comme ici.


interview vidéo

Une variante possible est de conserver le principe du micro-cravate, mais en Haute fréquence (en abrégé HF) pour permettre au sujet de s'éloigner et de se déplacer en toute liberté.


interview vidéo

Bien gérer le son d'une interview, c'est aussi se préoccuper d'un certain nombre de problèmes. Par exemple, les bruits parasites extérieurs sont une plaie qui peuvent être évités simplement en inspectant soigneusement les lieux. Prenez garde, la gêne sonore ne se trouve pas forcément à proximité de l'interview.


Autre problème fréquent, les bruits de manipulation d'un objet, par exemple des lunettes dont il faudra se débarrasser, car le bruit d'un objet peut nuire à la bonne qualité de la prise de son.


interview vidéo

De même, il faudra éviter l'interruption inopinée de l'interview, le cas le plus fréquent et ce, depuis quelques années, étant la plaie des portables, capables de sonner à tout instant… 


interview vidéo

D'autres écueils sont fréquents comme un public qui regarde. Les caméras étant voyantes, une interview peut susciter la curiosité de l'entourage, comme ici en arrière-plan. Cette présence visuelle peut distraire le spectateur et nuire à l'attention portée au discours de l'interview …


La solution consiste à placer l'interviewé dans un lieu propice de telle sorte que personne ne puisse être visible dans l'environnement proche.


Cela dit, un public qui regarde peut aussi devenir un atout car une présence humaine imprévue désacralise l'interview et renforce le capital de sympathie vis-à-vis du sujet interviewé.


interview vidéo

Autre écueil, une phrase de référence au Off. Ce problème se produit lorsque l'interviewé fait référence à une conversation qu'il a eue avec vous hors caméra, ou lors de l'enregistrement d'une autre séquence que vous ne comptez pas conserver au montage.


La solution est de tenter de couper la phrase de référence au Off. Puis comme la coupe aura provoqué un trou dans la séquence, on masque ce trou à l'aide d'un plan de coupe. On améliore le dispositif en laissant quelques dixièmes de seconde de respiration pour que la phrase paraisse plus naturelle.


interview vidéo

3e écueil : le mauvais regard de l'interviewé : l'idée est que votre interlocuteur doit s'adresser au spectateur avec la plus grande proximité possible. Pour cela, il faut éviter le mauvais placement de l'intervieweur, ou le mauvais regard caméra de l'interviewé.


Le problème qui se pose est différent dans ces deux cas. Dans le 1er cas, le placement de la caméra est trop à 45° par rapport au regard de l'interviewé. Conséquence l'interviewé semble ne pas s'adresser au spectateur qui du coup, se sent exclu de l'interview. Le second cas est différent, l'interviewé est comme dans un "entre deux" : c'est à dire que son regard ne se dirige pas franchement vers l'intervieweur.


regard journaliste

La solution, c'est ce qu'on appelle le "regard journaliste", c'est-à-dire une position dans laquelle l'interviewé s'adresse au journaliste qui se tient le plus prêt possible de la caméra. Si vous n'êtes pas journaliste ou que vous êtes tout seul, le raisonnement est le même à la seule différence qu'il faut fixer la caméra sur pied, et vous tenir tout près d'elle.


Enfin, le cadreur peut avoir la fâcheuse manie de trop intervenir, croyant bien faire en jouant la complicité avec son interlocuteur. Il faudra pourtant que le cadreur se taise, sinon son blabla risque de perturber l'interview.


Plutôt que de polluer la conversation, il vaut mieux donner des consignes AVANT l'interview. Des consignes qui permettront de ne pas s'y reprendre à plusieurs fois et d'éviter de retarder, voire de crisper l'interviewé.


interview vidéo

On a l'habitude de considérer que l'interview peut se conduire selon 3 modes distincts :


-soit le personnage est statique
-soit le personnage pense en mouvements
-soit le personnage agit : c'est la parole en action


Lorsque le personnage est statique, il s'exprime devant la caméra, et ses gestes sont circonscrits. C'est en principe le type d'interview le plus facile, le cadreur pouvant peaufiner son décor et assurer la qualité du son.


interview vidéo

Cette française en Argentine est un bon exemple. Lorsqu'elle "pense en mouvements", le cadreur peut suivre son personnage pendant que ce dernier s'adresse à lui tout en marchant. On lutte ainsi contre le caractère monotone de l'interview.


Le personnage peut aussi agir : c'est ce qu'on appelle la parole en action, à savoir l'interviewé exerce une action durant laquelle on l'entend s'exprimer mais cette fois, sans s'adresser au cadreur.


Enfin, comment dynamiser une interview statique qui est le genre le plus fréquent ? En effet, dans ce contexte, l'interview souffre un peu de monotonie. La solution va donc consister à varier à la fois les angles si cela est possible et les échelles de plans.


interview vidéo

On peut aussi se retrouver dans un contexte dans lequel l'entretien est un peu trop longuet. La solution consiste alors à insérer des plans de coupe aux bons moments en faisant particulièrement attention à ce que les gestes, en réalité reproduits 2 fois, raccordent le plus parfaitement possible pour être crédibles.



(Réussir ses interviews)

Soutenez nos rédacteurs
Des tests objectifs, des articles pointus,
dépendent de votre soutien

Donner un avis

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu de l'ajout de commentaire par email
Votre avis (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon avis