Magazinevideo > Apprendre > Enquêtes

Produire un DVD en petites et moyennes quantités

Conseils, et petits trucs

21 juillet 2010 par Thierry Philippon - Mis à jour le 21 juillet 2010

 

Vous êtes une association, un vidéaste de mariage, une petite entreprise, un chef d'équipe, ou encore un club vidéo, et vous souhaitez dupliquer un DVD en petites ou moyennes quantités. Entendons-nous bien sur le terme "petites et moyennes". On n'évoque ici ni les productions de quelques milliers d'exemplaires ni les quantités inférieures à une dizaine de DVD. Cet article concerne donc tous ceux qui souhaitent dupliquer quelques bonnes dizaines, voire centaines de DVD. Voici tous les aspects pratiques, financiers ou techniques auxquels vous devez songer.

> LIRE LA SUITE : Faire appel à un prestataire ?

Faire appel à un prestataire ?

DVD pressage

Gain de temps, qualité professionnelle, fiabilité de la duplication, baisse des prix  : les arguments en faveur du prestataire ne manquent pas. D'autant que les tarifs ont tendance à baisser, la concurrence aidant et le support DVD étant fortement malmené par des moyens de diffusion non matériels (diffusion en ligne).


Avec un prestataire, en fonction de vos quantités, la question peut se poser entre un procédé par gravure ou par pressage (DVD injectés à partir d’une matrice). Le pressage est normalement destiné à des quantités minimales de 500 exemplaires (exceptionnellement 300 ex.) alors que la duplication par gravure est adaptée à des volumes plus modestes (entre 50 et 500 ex.). Le pressage implique théoriquement de livrer une matrice (un Glassmaster) alors qu'il suffit d'un simple DVD-R standard dans le cas de la gravure. Mais de plus en plus, pour des quantités atteignant plusieurs centaines d'exemplaires, le pressage est proposé avec fourniture du Glassmaster incluse dans le prix. Vous livrez dans ce cas également un simple DVD-R. Quelle que soit l'option retenue, la qualité est bonne. Le « taux de rejet » est très faible, de l’ordre de 1 pour 1000.


prestataire DVD

Les prix et les formules varient - et la duplication revient théoriquement plus chère à l'unité que le pressage. Dans tous les cas, l'intérêt est de tout déléguer : gravure ou pressage, sérigraphie, et impression de la jaquette à partir de votre fichier informatique. Bref, seules les maquettes vous incomberont.


Comptez en moyenne entre 1,80 et 2,50 euros le DVD gravé (ou pressé), sérigraphié, fourni avec jaquette couleur quadri (en Offset) et boîtier DVD, le tout cellophané, en délais normaux (6 à 9 j.), voire lents. Parfois, le transport est inclus. Les délais rapides augmentent la facture, un livret 2 ou 4 pages aussi bien sûr. Pour certaines sociétés, on peut réduire un peu la facture en effectuant le conditionnement soi-même : à vous dans ce cas d'assembler jaquettes, boîtiers et DVD. Ou en augmentant le délai (9 à 15 jours). Du reste, restez vigilant : les prestataires mettent en avant les tarifs correspondant à ce délai « lent ». A noter enfin que certains prestataires permettent au client de réaliser un devis en ligne.



(Produire un DVD en petites et moyennes quantités)

DVD vierges, boîtiers, jaquettes, étiquettes...

Dans la logique "je fais tout moi-même", quelques consignes s'imposent quant au choix des DVD vierges, du boîtier-type, de la jaquette ou même de l'enveloppe la plus adéquate, voire de l'étiquette à apposer sur les enveloppes !

Si vous produisez vous-même vos DVD sans faire appel à un prestataire, suivez quelques règles. N'optez pas pour des marques exotiques à prix cassé, vous prenez le risque de devoir gérer des retours de clients mécontents. Sélectionnez des marques connues - quatre ou cinq sortent du lot - dont il faut connaître les appellations dérivées éventuelles.


Retenez que votre graveur personnel ne supportera pas des séries de gravure « productivistes » et qu’il n’est normalement pas destiné à des duplications en série.


Côté prix, pour des quantités comprises entre 10 et 100 DVD, la meilleure formule reste les Spindle (les "cloches"), sans boîtier, qu'il suffit d'acheter séparément. Pour des DVD-R 4,7 Go en pack de 10, 25 ou 50 (voire 100), le coût unitaire ne doit pas excéder 1 euro-1,25 euro pièce TTC, frais de port compris. Ces prix s'entendent pour des marques réputées dont la fiabilité avec tout type de lecteurs semble exempte de problèmes. Car bien des acheteurs sont tentés par des marques exotiques (en pack de 50 ou 100) dont les prix descendent vertigineusement. Lors de notre enquête, nous avons ainsi relevé (sur le Web) un prix unitaire de 0,36 euro, port compris ! Nous les déconseillons pour notre part. Attention aussi aux fréquentes erreurs sur un même article, tantôt annoncé en +R, tantôt en -R !


D'autre part, la fiabilité d'un support est une affaire complexe : on cite souvent la compatibilité avec la parc des lecteurs de salon, c'est vrai, mais d'autres facteurs comptent aussi : la capacité réelle de Go gravés sans problème, la vitesse de gravure possible, et la fiabilité du support au fil du temps.


boîtier DVD classiques et Slim

Pour protéger vos précieuses galettes, on distingue 2 grandes catégories de boîtiers : les boîtiers "DVD classiques", de 14 mm d'épaisseur, qui sont les plus répandus. Comptez environ 30 euros le pack de 100 boîtiers DVD standards noirs (soit 0,30 euro l'unité) ou 13 euros les 30 boîtiers. Sensiblement au même prix, mais parfois un peu plus chers, les boîtiers Slims (minces) de 7 mm d'épaisseur seulement présentent l'avantage d'être plus raffinés, et donc plus légers, réduisant éventuellement le coût du transport.


Attention une jaquette pour boîtier Slim ne convient pas pour boîtier classique et vice versa.


pochettes cartons pour CD ou DVD
De simples pochettes papier ou carton, blanches ou colorées, vous suffiront peut-être, selon le destinataire, plutôt qu’un boîtier DVD. Pour 50 pochettes papier avec face ajourée, comptez 6 euro environ (soit 0,12 euro/pochette), hors frais de port. Mais attention, de simples pochettes papiers, même cartonnées, ne protègent absolument pas efficacement votre DVD. A vos risques et périls donc !
étiquettes pour DVD

Il importe de personnaliser votre DVD qui ne peut rester « nu » dans un contexte officiel ou commercial. A cette fin, les « étiquettes DVD » constituent un habillage idéal. Des étiquettes de bonne qualité sont requises, notamment pour que la colle résiste à la température élevée du lecteur DVD. Et accessoirement, pour que l'impression "en jette" ! Parmi les plus connues, les Etiquettes DVD Extra brillantes de Micro Application (ref : 5226), en Polyester, jusqu'à 4800 dpi de résolution, vendues par lot de 14 ou mieux, par lot de 20 pour 10,38 euro (0,52 euro l’étiquette).


Mais les étiquettes présentent certains inconvénients. Elles reviennent cher et requièrent une quantité d’encre redoutable, selon la qualité d’impression escomptée. En outre, les lecteurs DVD tournant très vite, une étiquette légèrement mal centrée, peut provoquer des erreurs de lecture/écriture.


imprimer ses DVD

La solution actuelle, qui se développe de plus en plus est d’imprimer directement sur un disque dédié, via une imprimante à jet d'encre ou thermique. Chaque marque propose ce type d'imprimante (Canon, Epson, etc,) sans aller dans le très haut de gamme. Inconvénient : le coût des recharges couleurs. Mais le résultat obtenu est plus constant que l'impression sur des étiquettes à coller.


Côté jaquettes, on trouve chez Micro Application ou Avery des lots de jaquettes DVD de qualité photo au prix d'environ 10 euros. Ces jaquettes se détachent facilement de leur support grâce à une micro-perforation très fine.


enveloppes maillite

Quelle enveloppe postale convient le mieux ? Ne riez pas, la question de l'enveloppe, c'est sérieux ! Car un DVD, même sous boîtier, est à considérer comme un envoi « fragile ». Une enveloppe à bulles d'air indéchirable est fortement recommandée. Parmi les mieux distribuées : GPV, ou Mail Lite (nos préférées) … Les DVD tiennent dans les pochettes auto-adhésives de 90 g, de dimension 150x210 mm (celle du bas sur la photo) mais autant un boîtier Slim entre bien, autant c'est un peu juste (petit effort d'écartement pour insérer votre chef d'oeuvre) avec un boîtier classique (dimensions standard d'un boîtier DVD : 135x191 mm).


Les pochettes 150x210 mm (celle du milieu sur la photo) coûtent moins cher que les 180x260 mm (de près de 50%!) mais ces dernières sont vraiment idéalement adaptées. Elles sont vendues par lots de 5 ou 10 (hors frais de port) pour un peu plus de 0,30 euro pièce. En cherchant, on peut réduire le coût unitaire. Nous les avons décrochées à 0,22 euros l'unité, port compris, en passant une grosse commande auprès d'un fournisseur discount.


étiquette Avery

Ultime élément à ne pas oublier : des étiquettes d’adressage à séchage rapide de l'encre qui feront très pro, par exemple les Avery J8163 par lots de 350 étiquettes. Un logiciel compatible Windows ou Mac, et téléchargeable gratuitement depuis le site Avery, permet d'imprimer ainsi 14 étiquettes par exemple (attention téléchargez bien la version depuis le site Avery France et non américain). Prix : environ 30 euros, soit un peu plus de 0,08 centimes d'euros l'étiquette.



(Produire un DVD en petites et moyennes quantités)

Tarifs postaux, comment économiser ?

Quand on envoie des dizaines de DVD, voire qu'on dépasse la centaine, ce poste devient paradoxalement le plus coûteux! En effet, nous avons fait le calcul : le tarif préconisé par la Poste pour envoyer un banal DVD est environ 3 fois supérieur à l'ensemble du coût de revient de votre DVD (le support DVD, le boîtier et sa jaquette, l'impression, l'enveloppe). Il y a donc lieu d'examiner de près les tarifs de la Poste.

Schématiquement, notre "chère Poste" si j'ose dire, considère votre DVD comme un objet à envoyer en Colissimo et pas comme une lettre puisqu'un DVD ressemble plus à un objet… qu'à une lettre ! L'argument est imparable et s'accompagne généralement d'une logique commerciale tout aussi huilée : possibilité de suivi du colis, remboursement en cas de perte ou de détérioration, engagement sur les délais (J+2). Tout cela vous coûte la modique somme - à l'heure où nous rédigeons ces lignes - de 5,55 euros le Colissimo simple, pour tout colis inférieur à 500 grammes. 5,55 euros, c'est une somme considérable au regard du faible prix de vente du DVD et encore plus au regard de son prix de revient. C'est surtout une somme importante au regard de ce que vous pouvez économiser (voir ci-après).


De plus, les arguments de la Poste sont très théoriques, voire purement commerciaux. Le remboursement en cas de perte ? Difficile à appliquer pour un DVD qui ne coûte que 15 ou 20 euros. La possibilité de suivi ? Les indications d'acheminement n'étant que rarement en temps réel, on se demande encore à quoi sert le suivi, excepté dans le cas d'une contestation du destinataire qui affirme que l'envoi n'est pas arrivé. L'engagement sur les délais ? D'une part, c'est un engagement théorique qui ne peut jamais être garanti à 100% compte tenu des multiples étapes d'acheminement, d'autre part et surtout, votre destinataire peut probablement attendre 1 ou 2 jours de plus si en contrepartie, il paye moins cher l'envoi.


Enfin, facturer 5,55 euros les colis de moins de 500 grammes pénalise énormément un produit bien plus léger : un DVD pèse moins de 120 grammes, enveloppe matelassée comprise. Même 2 DVD n'excèdent pas 190 grammes, avec enveloppe. On est donc très loin des 500 grammes maxi : c'est un peu comme si on vous contraignait à acheter une carte Orange 5 zones alors que dans la plupart des cas, vous ne comptez vous déplacer que dans Paris intramuros !


La solution alternative que nous vous conseillons se nomme Écopli (ou Lettre Eco) et vaut pour toute lettre d'un poids jusqu'à 250 grammes, ce qui est plus en phase avec un DVD. La différence est très significative puisque de 5,55 euros, on descend à 1,75 euro (2,13 euros pour les DOM). Toutefois, quelques inconvénients sont à supporter : aucun des services proposés par Colissimo n'est bien sûr proposé. Aucune compensation en cas de perte, pas de preuve de dépôt et des délais assez fluctuants : de 24H à 6 jours ouvrés d'après notre expérience. Et bien sûr, vous envoyez une lettre, si elle se perd, vous en serez quitte pour la renvoyer de nouveau ! Attention, si vous n'utilisez pas les bornes d'affranchissement, spécifiez bien à votre interlocuteur "Écopli" ou encore "Lettre éco" mais pas "Lettre" (!!).


Attention également aux tarifs "étranger" (hors DOM-TOM) qui sont évidemment fluctuants : entre 2,85 et 3,05 euros selon qu'il s'agit de l'Union européenne ou du reste du Monde. Ces tarifs répondent à l'appellation "Lettre éco internationale " mais il y a deux pièges que notre enquête de terrain a mis en lumière : d'abord les guichetiers des Postes font barrage, volontairement ou par pure méconnaissance. Il faut dire qu'ils sont eux-mêmes victimes de la profusion des variantes tarifaires imaginées par les commerciaux. Ainsi un même envoi de même poids depuis la France métropolitaine pour la Suisse a coûté 3 tarifs différents dans 3 postes différentes. Incroyable, non ? Le 1er tarif de 4,30 euros, correspondait à une lettre prioritaire internationale (alors qu'il avait bien été précisé que ce n'était pas prioritaire, mais la guichetière n'a trouvé que ce tarif). La second tarif (1,75 euros) correspondait au tarif de la France et non de la Suisse. Nous avons pourtant insisté en précisant qu'il devait s'agir d'une erreur, incrédules que le prix soit si bas (la lettre est bien arrivée, sans surcoût). Enfin, seule la 3e poste nous a facturé le tarif parfaitement légal le plus bas - 2,85 euros - et encore, nous lui avons suggéré le"bon" tarif ! Ensuite, les bornes d'affranchissement ne proposent pas toujours les tarifs Eco, c'est le cas pour la Belgique : le tarif à 2,85 euros n'est même pas proposé, c'est celui à 4,30 euros qui s'affiche, sauf à connaître déjà le tarif et à programmer soi-même la valeur de l'affranchissement. Interrogée sur cet "oubli" de tarification, une employée des Postes, incrédule, est même allée vérifier !! Un autre m'a affirmé de façon péremptoire que cela revenait exatement au-même qu'au guichet, ce qui est partiellement faux. Bref, c'est un sacré BORDEL ! :-)


Autre point : si le bureau de Poste vous demande (c'est très rare) ce que contient la lettre, préciser à tout hasard que c'est un DVD sans valeur commerciale, que vous avez fabriqué par vous-même (ce qui est vrai !). Autre point : si les lettres "s’égarent" avec une fréquence qui vous semble anormale, tentez de ne pas apposer d’étiquette sur l’enveloppe mais utilisez votre propre écriture : il semblerait que ça ait son influence...


Le second type d'inconvénient est "physique" : votre lettre doit pouvoir entrer… dans la boîte aux lettres du destinataire ! Or ce n'est pas toujours possible selon la hauteur de la fente de la boîte aux lettres et l'existence ou non d'une grande boîte aux lettres commune (en appartements). Mais l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (L'Arcep) stipule bien que la Poste ne peut pas refuser votre envoi, le tarif Lettre n'étant pas réservé qu'aux correspondances. Toutefois, la solution idéale est d'utiliser des boîtiers Slim qui passent dans toutes les boîtes aux lettres, même par 2.


Les commerciaux de la Poste, jamais à court d'idée, ont réagi avec "la lettre Max" : il s'agit d'une enveloppe prépayée, suivie et assurée dédiée à l’envoi de petits objets de faible valeur (dans la limite de 2 cm d’épaisseur et d’1 kg de poids total). Le DVD est d'ailleurs cité. La taille qui correspond à celle d'un DVD est la lettre Max 2/M (192 x 137 x 19 mm) et la formule la moins chère - la lettre Max classique - est tout de même proposée à... 4,25 euros. La Poste propose des tarifs dégressifs pour des quantités supérieures : 4,10 euros pour des quantités allant de 2 à 9 exemplaires et "d'autres tarifs dégressifs pour des quantités supérieures". Nous pensons que notre lettre Eco, 234% moins chère (!), est encore très concurrentielle...


(Produire un DVD en petites et moyennes quantités)

Vendre ses DVD via une interface de paiement

PayPal

Pourquoi ne pas proposer vos DVD sur un site-vitrine ? Supposons que votre statut vous y autorise. Vous disposez alors de différentes possibilités comme Paypal, organisme offrant un système sécurisé de paiement assez souple à installer. Les frais d'installation sont gratuits et cette "domiciliation", sans engagement, ne vous coûte rien tant que vous ne vendez rien. Car ce type de structure de paiement se rémunère sur un forfait qu'elle vous prélève dès la 1re vente réalisée. Les tarifs varient, selon les structures. Dans le cas de PayPal, pour un revenu mensuel inférieur à 2500 euros, la commission est assez élevée : 3,4% sur le prix de vente + 0,25 par transaction. Mais Paypal est très fortement positionné sur ce marché et bénéficie d'une bonne image de marque .


Attention, un client dispose de quelques jours (en général, trois) pour annuler sa vente. A vous de juger si vous lui transmettez votre DVD sans attendre ce délai, au risque de voir votre vente annulée. Notez que les interfaces de paiement proposent différentes langues


Quant au prix de vente, il est toujours difficile à déterminer car il dépend étroitement de la spécificité du produit et de la cible. Dans le commerce, un DVD, même documentaire, excède rarement 25 euros.



(Produire un DVD en petites et moyennes quantités)

Tour de duplication, standards, Macrovision

tour de duplication


Connaissez-vous la tour de duplication de DVD ? Fonctionnant généralement avec un nombre de graveurs allant de 3 à 15 graveurs selon les cas (+ un lecteur pour le master), la tour permet de dupliquer autant de DVDs que souhaités simultanément. Prix : environ 450 euros pour les 3 graveurs + le lecteur, le double pour 8 graveurs, et dans les 1500 euros pour 15 graveurs. Macway, Vinpower, Acard, ADR-AG ou encore Formac proposent plusieurs modèles de ce genre. Réservé aux producteurs indépendants, petites sociétés ou aux réalisateurs de mariage très prolifiques bien entendu...


Le fonctionnement de ce type de tour reste extrêmement simple. Le plus souvent, des modèles réputés pour leur fiabilité (exemple : Pioneer DVR-115) font office de graveur (20x). Ils sont compatibles mono et double couche, jusqu'à une vitesse 20x. Mais il est toujours conseillé de régler à une vitesse modérée pour minimiser les problèmes de gravure.


Côté standards, le lecteur a pour charge de détecter la nature du standard (Pal ou NTSC) pour l'afficher correctement sur une TV. Autant, en Europe, la compatibilité Pal/NTSC est assurée par les lecteurs et les TV. Autant le raisonnement n’est pas forcément transposable outre-Atlantique. Un client américain ne pourra peut-être pas décrypter votre DVD Pal. La solution de réaliser un DVD "mixte" semble trop acrobatique, aux dires de ceux qui l’ont pratiquée. Une alternative préférable, si votre clientèle est à la fois française et internationale, est de créer 2 DVD, l'un codé en Pal, l'autre en NTSC. Pas forcément simple.


Attention, il faut souvent créer un nouveau projet en ayant préalablement modifié le réglage du standard, et non le faire en cours de route. Méfiez-vous aussi d’un piège classique : votre ordinateur étant indifférent aux standards, une erreur entre Pal et NTSC passera inaperçue sur votre écran informatique mais sera criante sur un afficheur incompatible avec l’un des deux standards.


Enfin, pour les zones, c'est plus simple. Soit votre logiciel est amateur et ne vous laisse aucun choix : votre DVD sera donc lisible partout, dans les 6 zones mondiales. Soit, avec un logiciel pro, un listing vous permet de cocher les zones de votre choix.


Macrovision

La protection Macrovision qui interdit toute copie depuis le DVD ne vaut que pour des DVD pressés en laboratoire, au niveau gravure, rien à faire ! Mais même en pressage, pour qui veut vraiment "ripper" un DVD, la protection saute avec un logiciel adéquat.


Bref, la meilleure arme reste la dissuasion grâce à un Copyright et un message d'avertissement en début de film et/ou sur la jaquette. Astuce possible : incrustez votre logo, de temps en temps, en bas à droite de l'image. Ou mieux : le laisser presque invisible et s'en servir comme preuve juridique si vous démasquez les "contrevenants". Solution moins procédurière, pas nécessairement la moins bête : considérer que le piratage de votre super DVD, s’il n'excède pas quelques copies, représente de la publicité gratuite pour vos oeuvres.



(Produire un DVD en petites et moyennes quantités)

Soutenez nos rédacteurs
Des tests objectifs, des articles pointus,
dépendent de votre soutien
Voir les 2 avis d'internautes et donner le vôtre