Magazinevideo > Apprendre > Technique vidéo

Filmer un débat en 12 questions / réponses

l'art et la manière de filmer un débat

18 septembre 2015 par Thierry Philippon

 

débat

Cet article express aborde la technique de filmage d'un débat à 2 caméras. Vous ne filmez pas de débat ? Qu'importe puisque les conseils s’étendent - à quelques variantes près - à un spectacle de théâtre, une cérémonie d’école, voire un concert de musique. Toutefois nul ne contestera que le filmage de débat a des constantes qui lui sont propres, avec des difficultés parfois insoupçonnables.


Voici en 10 questions / réponses une aide pour votre prochain filmage. Nous aborderons la phase de montage de débats dans un autre article à venir.



> LIRE LA SUITE : 12 questions / réponses sur le débat en vidéo

12 questions / réponses sur le débat en vidéo

débat

1) Quels sont les avantages et inconvénients d'un filmage de débat ?


L'immense avantage du débat est que les interlocuteurs bougent peu, voire pas du tout. On peut donc très bien imaginer la scène avant de filmer quoi que ce soit, et anticiper les positions, les focales qui vont convenir. Un débat prend aussi moins de temps de préparation, car aucun filage n’a lieu à la différence d’une représentation théâtrale par exemple.


Inconvénient : un débat n’est pas un spectacle au sens distrayant du terme. Il est donc encore plus important que pour un autre domaine que l’image soit très stable, bien cadrée et très nette pour qu’on prête attention ce que les débatteurs disent et non à la technique vidéo !


2) Combien de caméras pour filmer un débat ?


Pour des raisons budgétaires tout à fait compréhensibles, il faut souvent convaincre les organisateurs qu'un débat à 1 caméra, "ça va pas le faire". Les organisateurs, s'ils n'ont pas tâté eux-mêmes à la vidéo, ont souvent une vision idéalisée du "cinéma", estimant qu'une seule caméra peut tout faire. A vous de leur expliquer, qu'une 2e caméra, ce n’est pas juste du perfectionnisme. Pour l'anecdote, dans un autre domaine, Cedric Klapish a récemment filmé les adieux de la danseuse étoile Aurélie Dupont avec… 8 caméras ! Et je suis sûr qu’il lui en manquait une ou deux…


Pour notre part, nous nous sommes "limités" à 2 caméras pour des raisons imposées par la logistique et l'espace du lieu. C'était suffisant.


débats

3) La 2e caméra peut-elle être tenue par un(e) novice ?


S'il y a au moins un professionnel dans l'équipe qui sait prodiguer les bonnes consignes, on peut effectivement imaginer que la 2e caméra soit tenue par un amateur non spécialiste. C'est ce que nous avons entrepris. J'ai "sollicité" une personne bénévole débutante à laquelle il a été prodigué une formation accélérée de quelques heures. On a tout de même pris soin de simuler la situation "à blanc" pour déceler les problèmes qui pouvaient se poser et faire ressentir au débutant le zeste d'adrénaline qui monte lorsque les conditions ressemblent au réel. L’avantage premier de la personne bénévole débutante est que nous avons pu disposer une 2e caméra sans frais " de personnel" (le budget était associatif) . Le second avantage, plus inattendu, est qu'avec une personne relativement inexpérimentée, on est amené à prévoir une prise de vues toute simple, "secure" comme disent les anglais. Or cette prise de vues toute simple sécurise finalement un tournage qui est plus difficile qu'il n'y paraît.


4) Si je fais appel à un novice, à quoi dois-je penser en priorité ?


-laisser la "caméra novice" filmer en continu en interdisant de toucher au déclencheur et en désactivant le déclencheur secondaire 'sil existe) sur le dessus de la poignée. En effet, certaines caméra ont un 2e déclencheur et par inadvertance, on peut stopper l'enregistrement sans le vouloir !
-vérifier que la caméra du débutant juste quelques secondes avant le tournage.
-s’arranger pour que rien ne vienne perturber le tournage : ni changement de batterie, ni changement de carte ni mouvements trop compliqués (comme celui de retourner la caméra vers les spectateurs).

-donner des consignes peu nombreuses pour ne pas embrouiller le débutant avec des considérations techniques « paniquantes ».
-Insister pour montrer le bouton « panique » (iA).


filmage débats

5) les débats sont-ils agencés toujours un peu de la même façon ?


Oui. mais chaque configuration des lieux est différente et parfois inattendue : pour preuve, pour ma part, j'ai tourné de nombreux débats sous un chapiteau de cirque ! Mais on retrouve des constantes fréquentes : les débatteurs sont généralement sur une scène légèrement surélevée, assis sur des chaises, faisant face aux spectateurs, eux-mêmes assis sur des chaises, des bancs et / ou des gradins. Ces constantes font que le positionnement des caméras s’établit presque toujours autour d’1 ou 2 variantes immuables.


débat

6) Quelle position précise des caméras ?


les caméras sont généralement sur les côtés ou sur un côté et de face.


Avantages 2 sur les côtés :


Etre positionné sur le côté permet généralement de se rapprocher de la scène sans gêner aucun spectateur ni être gêné par ces derniers tout en évitant de masquer le faisceau d’un éventuel vidéoprojecteur central. Autre avantage, en cas de plusieurs débatteurs, une des deux caméras peuvent toujours saisir un visage quel que soit le sens dans lequel le débatteur tourne son visage ou positionne son corps. Les deux caméras sont moins gênées par le risque que la tête, l’épaule ou le bras d’un spectateur passe dans le cadre.
L’autre avantage de cette configuration est que les caméras étant prêts de la scène, une optique moyennement puissante (nous disposions d’optiques x12), suffit à offrir une palette de cadrages variés, allant du plan large au gros plan.


Avantages 1 sur un côté et 1 de face :


Cette variante peut être choisie si la position de 2 caméras sur les côtés n'est vraiment pas possible et s’il y a une allée centrale et qu’elle est libre. On peut aussi envisager un positionnement depuis le fond de la salle.


Mais cette position n'est pas idéale pour des débats. En fait, c’est une variante qui est plus propre aux spectacles qu’aux débats, quand il faut que la caméra centrale englobe la totalité de la scène sans avoir besoin d’effectuer des mouvements latéraux de caméras incessants.


débat

7) Quelles focales utiliser ?


Tout dépend bien sûr de la distance à laquelle vous vous situez de la scène des débatteurs. Pour ma part à environ 5 mètres des débatteurs, un zoom x12 à partir d'un grand-angle 28 mm, m'ont permis d'obtenir toute la variété des focales possibles : du plan large au plan américain et même jusqu'au gros plan expressif intégrant le visage entier.


aa
aa

8) Qui filme quoi, à quel moment ?


Basiquement, dans un débat, les caméras 1 et 2 filment celui qui s'exprime. Ce "double enregistrement" présente toujours un intérêt car il peut exister (pas toujours cependant) un plan meilleur qu'un autre, ne serait-ce qu'en raison de l'orientation du visage du débatteur. Une bouteille d'eau placée au dernier moment sur la table devant le débatteur, peut aussi s'avérer gênante pour un axe de caméra mais pas pour l'autre. Je peux vous assurer qu'on est sacrement satisfait d'avoir deux caméras dans ce cas ! Il peut en être de même d'un micro.


Les 2 caméras peuvent aussi se compléter utilement pour ne pas filmer avec la même focale. Préconisez un plan serré pour l'une des caméras, et un plan large incluant par exemple l'autre débatteur.


Dans un débat, la parole passe de temps en temps d'un interlocuteur à l'autre. En l'absence de coordination préalable entre les deux caméras, il en résulte souvent que les 2 caméras risquent de recadrer en même temps avec un cafouillage de quelques secondes, voire quelques dizaines de secondes, avant de bien se recadrer. Il importe donc une consigne impérative : lorsque la parole passe d'un débatteur A à un débatteur B, l'une des caméras ne doit absolument pas tenter de recadrer. La deuxième caméra doit recadrer bien après la première et même attendre que celle-ci ait terminé en s'en assurant visuellement (si les deux caméras se voient l'une l'autre)..


9) Comment et quand les cadreurs peuvent-ils communiquer ?
Ben d’abord, même si ça paraît bête, les cadreurs doivent surtout communiquer… avant ! :) C’est à dire se mettre d’accord sur ce qu'ils vont filmer. Ensuite, des intercoms existent mais cela ne me semble pas se justifier pour un "simple" tournage à 2 caméras sans réalisateur, et où les cadreurs ont un contact visuel relativement proche. Le plus simple est de convenir de signes distinctifs, bras en l'air, par exemple si l'un des deux cameraman risque de changer de batterie ou de carte mémoire ou s'il rencontre un problème.


Tout ne peut pas se prévoir. J'ai par exemple subi un spot de lumière qui a subitement claqué au-dessus de moi. Personne ne s'était aperçu de rien, mais la "cellule" de mon appareil, elle, s'était affolée, me signalant une insuffisance subite de lumière.


10) Sur secteur ou sur batterie ? Quelle stratégie adopter ?


Il n'y pas de règle. Si vous disposez de batteries haute capacité, c'est toujours préférable d'être indépendant de toute prise de courant et évite d'avoir à prévoir de longues rallonges électriques et des protectins au sol pour éviter que les spectateurs ou le personnel technique ne se prenne les pieds dans les câbles ! Pour notre part, l'une des deux caméras du débat avait une autonomie batterie de 4H et la seconde caméra disposait de 3 batteries d'une heure quinze chacune.


régie son


débat


11) La prise de son : Inventaire des différentes solutions


Il existe plusieurs solutions en matière de débats :


-A priori, écartez l'idée d'installer vos propres micros. Les organisateurs du débat, pour que ce dernier soit audible, prévoient généralement des micros pour que le public entende.


-Les micros caméras peuvent s'avérer suffisants si la salle est bien sonorisée ou si vous vous situez près d'une enceinte.


-Vous pouvez tenter d'installer un enregistreur audio de bonne qualité (tel qu'un enregistreur audio Zoom H4N) près d'une enceinte. C'est une sécurité supplémentaire. N'oubliez pas de déclencher l'enregistreur audio quelques minutes avant les caméras, cela vous évitera d'avoir à y penser (et risquer d'oublier ce déclenchement).


-Si un ingénieur du son est dans la salle, vous pouvez tenter de voir avec lui s'il est possible de récupérer un fichier audio de l'enregsitrement.


12) Comment peut-on synchroniser pour le montage ?


Le truc bien connu est celui d'enregistrer le flash d’un appareil photo effectué peu avant que les débatteurs ne commencent et laisser "filer" l'enregsitrement des caméras. Le flash a l'intérêt - sur tout autre repère - d'être extrêmement visible et précis à l'image près. Ce qui facilite le travail de montage ultérieur puisqu'il vous suffira de caler vos deux sources vidéo en fonction de cet éclair.


Nous avons parfois oublié le flash. Heureusement, nous avons toujours eu un élément sonore et / ou visuel auquel nous raccrocher. Mais on vous recommande le flash !


Nous aborderons la phase de montage de débats dans un autre article à venir.


Remerciements sincères aux invités débatteurs de la 4e édition de la Manufacture d'idées d'avoir accepté que leur image soit diffusée pour illustrer cet article pédagogique


(Filmer un débat en 12 questions / réponses)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de votre soutien
Voir les 2 avis d'internautes et donner le vôtre