Magazinevideo > Apprendre > Enquêtes

Droits d'auteur musicaux et publicité sur YouTube

une situation confuse ?

15 octobre 2014 par Thierry Philippon - Mis à jour le 15 octobre 2014

 

youtube

YouTube, le service de partage de vidéos de Google, a mis au point depuis quelque temps un système "d'identification de contenu". Le système, aussi malin que performant, vise à une protection des droits d'auteur musicaux (ou de films également). Le principe : si vous sonorisez votre vidéo avec une musique non libre de droits, le système d'identification de contenu Google le repère (avec une précision qui fait peur) et vous "impose" ses publicités en contextualisation de votre vidéo.


Les annonces commerciales prennent alors différentes formes : Google affiche par défaut un carré publicitaire de 300x250 + une annonce commerciale rectangulaire, tous deux situés dans la colonne de droite réservée normalement aux autres vidéos à thématique commune (qui s'affichent au-dessous). L'ensemble est plus ou moins "discret" et ne gêne pas directement le visionnage de votre vidéo. Le contenu des pubs est à géométrie variable : tantôt il colle assez bien à votre contenu (pour ma part, des pubs d'accessoires vidéo en vis-à-vis de ma vidéo présentant un test vidéo. Tantôt les pubs n'ont strictement rien à voir avec le contenu, sans doute parce que Google place des pubs génériques de remplacement, parfois détestables (pub pour arrêter de fumer). Mais il y a bien pire.


youtube
En effet - et c'est plus intrusif encore - Google superpose aussi sur votre vidéo un bandeau publicitaire semi-transparent, consitué de 1 à 3 annonces que l'on peut choisir (mais qui peut donc bien choisir !!???). Le bandeau est suffisamment gênant pour qu'on perde quelques secondes du début, celles qui vous placent dans l'ambiance d'un film. L'effet est un peu récalcitrant, même si tout internaute accoutumé à ce type de bannière, sait fermer une fenêtre prestement.
Youtube droits d'auteurs musicaux

Depuis la mi-2013, YouTube est encore plus malin en proposant un lien direct - visible à droite du texte de présentation de la vidéo - vers les kiosques musicaux où l'on peut acquérir le morceau qui illustre les vidéos. Trois choix sont proposés : Google Pay (tant qu'à faire !), iTunes ou eMusic.


Mais YouTube abuse et expérimente à présent des publicités diffusées avant votre vidéo, lorsque vous ne détenez pas les droits musicaux !


Quoi qu'il en soit, Google rémunère ainsi les maisons de disques ou organisations avec lesquelles le géant américain a passé des accords. C'est ainsi le cas aux Etats-Unis de la puissante nmpa, ou de BMG par exemple, mais aussi en France de la Sacem. Un système dans lequel toutes les parties sont gagnantes : YouTube ne subit pas la fronde et les procès des maisons de disques (depuis 2006, YouTube a dû essuyer bien des menaces de procès), les producteurs et artistes perçoivent des royalties (au prix d'un calcul savant); enfin l'utilisateur peut sonoriser librement ses chefs d'oeuvre avec des musiques non libres de droits.


youtube

Le système YouTube passe ainsi pour un des moins pires. Votre acceptation de ce système, que d'aucuns jugeront très mercantile, voire machiavélique, dépend de votre seuil de tolérance à la publicité imposée ou de vos craintes vis-à-vis de la cible à laquelle vous vous adressez.


Mais comment la reconnaissance numérique de YouTube se débrouille-t-elle exactement ? Se trompe-t-elle parfois ? Existe-t-il des moyens de contourner le système mis en place par le roi des sites de partage vidéo ? Enfin, est-il plus facile (ou plus moral) de faire appel à de la musique libre de droits ? Enquête...



> LIRE LA SUITE : L'identification numérique selon YouTube

L'identification numérique selon YouTube

Si des publicités "égayent" votre vidéo, c'est que YouTube vous a prévenu par un message plus que discret (un lien intitulé "Correspondance établie avec le contenu d'un tiers") qui se situe dans l'outil gestionnaire de vos vidéos. On comprend cette discrétion permettant à Google de ne pas vous inquiéter outre mesure tout en gérant son business tranquillement. Vivons heureux, vivons cachés...
youtube
Même si le procédé agace car YouTube vous impose ses publicités avant que vous ayez pu vous défendre, néanmoins, le lien "Correspondance établie avec le contenu d'un tiers" vous laisse le droit de contester. La contestation doit être recevable : c'est le cas si vous détenez les droits musicaux (d'une façon ou d'une autre) ou si Google se trompe, auquel cas votre vidéo reste vierge de toute publicité. Bon, ne rêvez pas trop tout de même. Votre requête en contestation n'a guère de chance d'aboutir si vous utilisez le tube de Gangnam style et que vous certifiez avoir son accord, ou un titre du dernier album de Benabar !
youtube

Notez que Google peut se tromper si le robot identifie numériquement une composition récupérée dans un catalogue libre de droits, qui avait dû faire précédemment l'objet d'un accord de diffusion avec un partenaire de Google. Si vous contestez et que vous êtes dans votre droit, il suffit de remplir le formulaire mis à disposition par Google et tout rentrera dans l'ordre au bout de quelques jours. Nous avons fait l'expérience, notre "contestation" a abouti, dans un délai rapide (quelques jours).


Autre cas qui tend toutefois à se raréfier, des compagnies avec lesquelles Google n'a pas signé d'accord font que des vidéos soumises à droits d'auteur peuvent passer au travers des mailles du filet.


youtube

Vous pouvez aussi tenter de déjouer le robot plus ou moins "légalement" : car le processus de reconnaissance a beau être performant, on le piège. Par exemple, Google parvient difficilement à reconnaître une musique mixée avec un son d'ambiance si ce dernier est mixé à intensité presque égale. Mais cette solution est peu satisfaisante car elle peut aboutir à une certaine cacophonie et n'est pas fiable à 100%. Plus tentant : modifier très légèrement la vitesse de la musique (101% par exemple), ça peut tromper le robot ou bien encore, modifier très légèrement le spectre de fréquences. Mais là encore ces solutions sont peu satisfaisantes : votre oreille, si elle est musicale, peut souffrir de cette variation de tonalité et surtout, si Google ne reconnaît plus le morceau, il risque de vous balancer un message d'avertissement vous demandant des explications, voire vous supprimer votre bande-son !


Un effet de bord de l'intrusion de la publicité en vis-à-vis de vos vidéos est que l'avertissement de YouTube n'est pas immédiat, il peut survenir avec un délai tout à fait variable, ce qui contraint l'utilisateur qui ne souhaiterait pas de publicité contextuelle, à revenir régulièrement voir si sa vidéo n'a pas fleuri au milieu d'un parterre de pubs ! Le délai dépend de critères obscurs (légaux ou logistiques) que seul YouTube connaît, peut-être un lien avec le degré d'accords avec les maisons de disques.


Ensuite, les droits peuvent varier selon les pays. Comme YouTube diffuse à l'échelle mondiale, dans certains pays, votre vidéo ne sera pas vue. Embêtant si vous faites un beau film sur New-York pour épater vos amis américains et que votre film soit invisible aux Etats-Unis.


Je ne l'ai pas expérimenté mais Google semble aussi utiliser la technique de l'In-stream (Preroll) pour les vidéos que vous décidez de monétiser (selon une rémunération au clic); dans ce cas une annonce commerciale précède votre vidéo.


Si vous préférez toutefois recourir à de la musique libre de droits et éviter la publicité à outrance, il existe des dizaines de sites et des milliers d'auteurs amateurs ou professionnels sur le Web qui vous proposent leurs compositions. En plus, c'est plus facile (et plus moral) que d'enrubanner ses vidéos de publicités. A cette fin, vous pouvez consulter notre article sur la musique libre de droits dans laquelle vous retrouverez notamment un catalogue très riche et partiellement gratuit, le Vimeo Music Store .



(Droits d'auteur musicaux et publicité sur YouTube)

Soutenez nos rédacteurs
Des tests objectifs, des articles pointus,
dépendent de votre soutien
Voir les 5 avis d'internautes et donner le vôtre