Magazinevideo > Apprendre > Enquêtes

Comment stocker vos photos numériques

Enregistrer, sauvegarder et archiver ses photos numériques

17 mars 2008 par Antoine Désir

 

disque dur

Votre appareil photo numérique est une petite merveille de technologie qui vous permet de saisir des clichés en très grand nombre. Mais, comme pour les photos argentiques, l'organisation de la vie de ces images est importante pour bien en profiter, dans l'immédiat et dans la durée.


Dès que les circuits électroniques de l'appareil photo numérique (APN) ont fini leur travail, l'image est stockée dans un fichier informatique. Couramment au  format JPEG, ce fichier occupe généralement un peu de place sur une carte mémoire, qui est capable de stocker les millions de bits qui codent une photo numérique.


stockage
Maintenant que cette image est contenue dans un fichier, il est possible de l'effacer, de la modifier et surtout de la copier sur un support plus important que la carte mémoire interne de l'APN. Car, même importante (jusqu'à 8 Go actuellement), cette carte se remplit vite et doit rester disponible pour la photo suivante.
Bien sûr, une des méthodes est d'emmener la carte au labo photo pour tirage immédiat sur papier. Mais pas moyen de réobtenir un tirage correct, différent, ajusté si la carte est effacée juste après. Dans l'urgence, on demandera le transfert sur CD. Non, nous allons parler du voyage des fichiers sur les différents supports, à l'aide de votre ordinateur.

> LIRE LA SUITE : D'abord, les images sont dans les fichiers

D'abord, les images sont dans les fichiers

Le transfert


Tout d'abord transférons les photos sur l'ordinateur. Avec l'appareil photo numérique (APN), un câble Universal Serial Bus (USB) est livré. Connectez l'APN à une prise USB de l'ordinateur et mettez l'APN en position de transfert. Souvent, l'APN est reconnu directement comme un nouveau lecteur de disque. Sinon, installez les pilotes nécessaires à sa reconnaissance.


stockage

Les habitués préféreront laisser un lecteur de carte connecté en permanence à l'ordinateur et inséreront dedans la carte extraite de l'APN. Cette méthode a plusieurs avantages : pas de cordon à trouver, les accus ne sont pas sollicités, transfert souvent plus rapide et pas de pilote parfois capricieux à installer. Vu le prix modeste de tels lecteurs, autant ne pas se priver.


Transférer les photos, d'accord, mais vers où ? Dans un dossier où vous rangerez toutes vos photos, pardi ! Le top : une partition ou un disque dédié aux données, dans lequel se trouve un dossier dédié aux photos. Dans ce dossier "Photos", créez autant de sous-dossiers que de "pellicules". Par exemple, un dossier par jour de prise de vue : les photos prises le 27 juin 2006 se retrouveront dans un dossier nommé 20060627 (année-mois-jour - à la chinoise - pour faciliter le classement). Certains APN peuvent créer un dossier par jour pour enregistrer les vues: profitez-en. Il suffira alors de copier le dossier entier dans votre dossier "Photos" en le renommant si besoin.
L'archivage des négatifs
Vous souvenez-vous de l'archivage de vos négatifs argentiques ? Et bien il s'agit maintenant de faire de même avec vos négatifs numériques : transférer TOUTES les photos sur un support le plus pérenne possible. Et c'est facile : copiez TOUT le contenu de votre carte mémoire sur un CD-R (disque compact enregistrable). Toutes les photos ? Oui, vu le prix d'un CD-R, le temps nécessaire à un éventuel tri et les erreurs qui vont avec, pas de place à la réflexion et à l'optimisation à ce stade. C'est pour plus tard.
Après avoir bien vérifié que tout s'est bien passé (regardez les photos sur le CD), vous pouvez effacer votre carte mémoire. Pour bien la nettoyer, rien ne vaut un formatage de temps en temps (via les menus de l'APN, pas par l'ordinateur). Ainsi, pas de risque de fichier caché, de répertoire corrompu ou autre erreur qui pourrait venir se glisser en travers des futures prises de vues.


(Comment stocker vos photos numériques)

Le support optique

 

A ce stade des opérations, vous avez deux copies de chaque photo : une sur support magnétique (le disque dur) et une sur support optique (le CD-R).


Les CD peuvent stocker entre 650 Mo et 700 Mo (voir plus) selon les modèles. C'est en général suffisant pour décharger les cartes mémoire. Mais la capacité de ces cartes augmentant rapidement, le Digital Versatile Disc (DVD) va devenir le support de choix. Les DVD-R simple couche peuvent contenir environ 4,4 Go (soit 7 CD), ceux avec deux couches contiennent jusqu'à 8,5 Go (soit 12 CD). Pour l'archivage, n'utilisez pas de disques réinscriptibles (CD-RW, DVD-RW, DVD+RW) : ils sont effaçables et plus chers. Ils sont surtout utiles pour la sauvegarde temporaire, le transfert et l'envoi postal.


De même, bannissez toute idée de multi-session. Cette astuce permet de laisser le CD "ouvert" pour pouvoir le remplir à fond avant de le "fermer" définitivement. Mais le risque existe que la session précédente devienne illisible (surtout avec un autre programme de gravure ou un graveur différent) par la suite. A vous de voir si le risque vaut l'économie réalisée.


Lors de la gravure, n'oubliez pas d'activer l'option de vérification des données après gravure. C'est une vérification efficace pour détecter les erreurs de gravure, qui surviennent quelquefois (graveur usé, disque défectueux, vitesse trop rapide, etc).


Question récurrente : à quelle vitesse graver ? Les graveurs de CD actuels savent graver à 48 X (48 x 150 Ko/s, soit 7 Mo/s), voire 52 X (je vous laisse le calcul). Mais les tests montrent que la qualité de gravure (l'inverse du taux d'erreur de lecture) se dégrade avec la vitesse, alors que le temps passé n'est pas proportionnel à cette vitesse (graver à 48 X n'est pas trois fois plus rapide qu'à 16 X, au total). Si vous êtes patient, n'hésitez pas à descendre en vitesse. Avec des CD-R et des graveurs 48 X, la gravure en 16 X génère bien moins d'erreurs.


 

Si vous prévoyez de garder vos photos plus de quelques années, utilisez des CD d'archivage, conçus pour durer (*). On les retrouve sous des marques comme Delkin ou Memorex ("Archival Gold CD-R"). Chers (du fait de la qualité de fab et de l'ajout d'or), ils supportent mal les hautes vitesses (dû à la stabilité du colorant) mais sont recommandés pour du "vrai" archivage. Les vendeurs promettent une durée de vie de 300 ans.


(*) Ces disques possèdent une couche réflectrice en or (d'où l'aspect doré et l'appellation "Gold"), inoxydable, un colorant (celui qui est brûlé par le laser lors de la gravure) en phthalocyanine, chimiquement plus stable que les autres et souvent une couche protectrice renforcée contre les rayures.


 

On retrouve les mêmes procédés de fabrication pour les DVD, ce qui donne des "Archival Gold DVD-R".


Moins luxueux et probablement moins durables, on trouve des CD-R à base de "super cyanine" et d'argent. De marque Tayio Yuden, ces disques "pro" sont d'une qualité de fabrication supérieure à des prix bien plus modestes, bien qu'encore deux fois plus chers que les CD-R basiques de marques connues.


stockage
  Soignez le stockage des disques
 

Même si vous ne souhaitez pas archiver vos photos sur ces supports de luxe, rien ne vous empêche d'allonger la durée de vie des supports optiques. L'ennemi naturel du CD ou du DVD, c'est l'oxydation. Il faut donc chasser l'humidité, la pollution, faire baisser la température et éviter la lumière. On aura donc recours à des boîtes hermétiques, opaques dans lesquelles quelques sachets de gel de silice (Silicagel) neufs seront posés. Reste à trouver un endroit sec et frais qui reste accessible. Par contre si vous voulez vieillir vos disques prématurément, laissez-les donc dans une voiture...


Qu'arrivera-t-il si toutefois un disque est abîmé, par une manipulation, une erreur ou un défaut ? Il peut très bien devenir totalement illisible, sans possibilité de retrouver quoi que ce soit (à un coût raisonnable). Que faire ? Doubler les archives et les entreposer "hors site". Copiez les disques et confiez-les à un tiers qui ne peut pas subir les mêmes déconvenues que vous au même moment (autre maison, autre ville, autre pays). Si la première archive est abîmée, faites une copie de la seconde pour reconstituer la première (ne vous servez pas de la seconde copie pour travailler, c'est votre dernier recours) et remettez cette seconde copie en lieu sûr. C'est ainsi que tout archivage professionnel doit se dérouler, l'accès à la seconde copie étant réservé à l'archiviste (et pas à celui qui vient de s'asseoir sur le premier disque d'archive !).


  Migrez !
 

stockage


Malgré tout, il vous faudra au bout de quelques années faire le travail de tout archiviste consciencieux : migrer vos données pour les passer d'un support obsolète à ceux en cours d'utilisation. De la disquette au DVD-R, puis du CD au DVD HD, de l'ancien DD de 6 Go à celui de 500 Go, il faut songer à sauvegarder les souvenirs. Pénible ? Dites-vous que le numérique a ceci de magique que le transfert se fait sans perte, et plutôt rapidement. Ceux qui doivent restaurer négatifs abîmés, bandes vidéos analogiques et autres vinyls, envieront cette facilité de migration.


 
Au passage, vous en profiterez pour compactez les supports : 3000 disquettes sur un DVD, 35 CD sur un DVD HD, une centaine de vieux disques durs sur un nouveau : c'est la consolidation des fichiers. Quand faire ce pénible travail ? En général , à l'occasion d'un changement d'ordinateur, d'un déménagement... ou d'une catastrophe !
stockage


(Comment stocker vos photos numériques)

Le support magnétique

 



stockage


L'archivage est indispensable et les supports optiques sont particulièrement indiqués pour cet usage. Mais la manipulation des fichiers et leur sauvegarde ne font pas partie de leurs point forts (temps d'accès trop long, débits limités, procédure d'écriture fastidieuse). Le support magnétique est actuellement pour ça le meilleur rapport qualité/prix, grâce à des capacités en hausse constante et à sa rapidité. C'est bien sûr vrai pour les disques durs, car nous avons oublié la disquette, n'est-ce pas ?
Trions les photos
Après le transfert dans le dossier des photos, il va falloir s'en occuper. Il s'agit de les trier, de supprimer les mauvaises, d'envoyer les meilleures aux amis, de commander des tirages papier et éventuellement de les travailler pour en obtenir de belles images. Pour ça, rien ne vaut un logiciel dédié, même s'il est gratuit. En effet, la manipulation avec les outils livrés avec le système (Windows, Mac OS ou Linux) est trop fastidieuse. Il y en a de bons (voir iPhoto et Picasa, les faux frères) et de plus évolués (ACDSee, iView MediaPro). Pour plus de facilité et de rapidité, ce travail se fera sur un disque dur interne à la machine, de préférence sur une partition dédiée (cela facilite nettement la maintenance du système, dont l'éventuelle et redoutée réinstallation).
Sauvegardez !
Perdre tout le temps passé à manipuler ces photos serait vraiment dommage. Une simple erreur de manipulation, un défaut matériel, une attaque logicielle (virus, cheval de Troie, programme défectueux) peuvent avoir des conséquences déplorables. Il faut donc sauvegarder. Encore ? Non, ce que nous avons évoqué précédemment était de l'archivage, pas de la sauvegarde. Heureusement, de nos jours, la sauvegarde est devenue facile, voire automatique. La méthode la plus simple est de recopier les données utiles (ou tout le disque interne) sur un disque dur externe, connecté en Firewire ou en USB.
stockage
Des programmes de sauvegarde livrés avec certains disques facilitent les choses. Sinon, on en trouve dans le système de l'ordinateur (Windows) ou sur le Web. Pourquoi un disque externe ? Car il est déconnectable. Si vous laissez votre disque externe connecté en permanence, les erreurs qui ont touché les données du disque interne peuvent se propager directement sur tout disque connecté. De plus un disque externe étant transférable, il peut faciliter le transport puis le changement d'ordinateur.
Puis détruisez !
Comment ? On vient de passer notre temps à archiver et à sauvegarder et maintenant il faudrait détruire ?
Lorsque vous voulez revendre votre ordinateur ou le donner, il faut le nettoyer. Pensez donc à bien détruire vos documents. Si ceux-ci sont stockés sur une partition à part, il suffira de formater cette partition pour s'en débarrasser rapidement et efficacement. Si vous souhaitez sécuriser cet effacement contre une récupération à l'aide d'outils spécialisés, il est possible d'utiliser des programmes qui se chargeront d'effacer toute trace de vos fichiers. Intégré à Mac OS (Utilitaire de disque), ce type de programme qui va "récurer" le disque dur se trouve sur Internet pour les PC (par exemple, DBAN ou Eraser).


(Comment stocker vos photos numériques)

Conclusion

Le passage de l'argentique au numérique n'a pas supprimé les corvées de conservation des images. Mais la facilité et le rapidité des manoeuvres sont tout de même en nette amélioration. Reste à bien décider du temps et des moyens à mettre en oeuvre selon la valeur des clichés.



(Comment stocker vos photos numériques)

Soutenez nos rédacteurs
Des tests objectifs, des articles pointus,
dépendent de votre soutien
Voir les 4 avis d'internautes et donner le vôtre