Magazinevideo > Accessoires et multimédia > Combinés Blu-ray - DVD ou DD

article archivé

Choisir son enregistreur DVD

Des conseils simples pour choisir son enregistreur DVD

30 juin 2005 par Michel Vincent

 

Pioneer


Les enregistreurs DVD de salon ont le vent en poupe. Ils se substituent à nos bons vieux magnétoscopes VHS et peuvent également servir bien entendu de lecteur DVD. Les prix ont fortement chuté mais ne choisissez pas pour autant un modèle bas de gamme dont les fonctionnalités peuvent laisser à désirer. Cela dit, il existe d'excellents modèles, très complets à partir de 300 euros.

> LIRE LA SUITE : Type d'enregistreur de salon

Type d'enregistreur de salon

L'enregistreur DVD de salon peut être de plusieurs types :


Dans un grand nombre de cas, l'enregistreur DVD s'associe à un disque dur, rendant l'appareil bien plus intéressant à exploiter, car les deux platines peuvent fonctionner indépendamment l'une de l'autre ou au contraire, communiquer entre elles, parfois dans les deux sens. Malgré la présence de deux platines, la largeur de l'appareil reste raisonnable, n'excédant pas celle d'un lecteur simple. Il en est de même de la hauteur qui, en général, n'est guère exagérée, sans aller jusqu'au slim.


Le disque dur offre maintenant une forte capacité, de 80 Go au minimum, à 160 Go (la norme actuelle) et jusqu'à 250 ou 400 Go, ce qui permet de stocker entre une centaine d'heures et plus de 700 heures (!) sur certains modèles, selon la qualité choisie. Et il n'y a pas de raison que la tendance s'arrête en si bon chemin. Dans un second temps, on peut "vider" le disque dur lorsqu'il est plein pour recopier les séquences en DVD. Cette fonctionnalité est d'autant plus pratique que la vitesse de copie est de plus en plus grande, réduisant les temps d'attente.


Sony RDR-HX825, DVD et disque dur.


On trouve aussi des combinés enregistreur DVD+VHS, assurant une compatibilité avec le parc d'anciennes K7 VHS, tout en permettant la gravure DVD. Généralement, ces modèles Combi autorisent la copie dans les deux sens (sauf protection DVD). Le sens VHS vers DVD est particulièrement attractif car il autorise de convertir ses vieilles VHS en des galettes DVD. Il existe même un modèle chez JVC qui offre la compatibilité avec les 3 normes DVD/DD et VHS.



Samsung DVD-VR335, DVD et VHS.



Enfin, plus rarement, on recense des enregistreurs DVD simples, sans autre platine associée. Ce sont soit des produits hauts de gamme qui misent tout sur la qualité de leur gravure DVD, soit au contraire des entrées de gamme qui arguent avant tout d'un prix très bas.





Pioneer DVR-3100S, enregistreur DVD simple.



Retenez que l'utilisation de base d'un enregistreur DVD reste très conviviale. Il suffit de lui connecter une source, quelle qu'elle soit, et le voilà qui grave vos images (camescope, TV...) dans la qualité choisie. La vitesse de gravure atteint dans certains cas x16, ce qui est exceptionnel et représente sans doute la limite des DVD actuels. Une telle vitesse correspond à une attente de temps de gravure de l'ordre de 6 à 7 minutes seulement.


Le terme "enregistreur" est plus approprié à l'appareil de salon tandis que le terme de "graveur" est plutôt réservé aux produits informatiques. Mais au fond des choses, le principe de gravure se ressemble. Technologiquement, les graveurs informatiques sont toujours un peu en avance, sur leurs cousins de salon.



(Choisir son enregistreur DVD)

Capacités de stockage

Les capacités de stockage ont beaucoup progressé. Un disque dur de 160 Go est désormais une capacité courante. On atteint des capacités vertigineuses (250 Go, 400 Go) dont la réelle utilité ne doit pas se traduire par un accroissement exagéré du prix, compte tenu de la baisse des prix des disques durs. Il faut en effet prendre conscience qu'un simple disque dur de 80 Go représente déjà près de 20 heures d'enregistrement dans une très bonne qualité. Et que le disque dur est destiné à être vidé de toutes façons.


Côté capacité de l'enregistreur DVD, les disques simple couche DVD-R 4,7 Go peuvent généralement enregistrer de 1H à 6H ou 8H selon les modèles et le choix de compression envisagé. Le DVD-Ram enregistre pour sa part jusqu'à 6H en général sur disque simple couche. Les résultats sont parfois très spectaculaires, même avec une très forte compression. Mais si vous souhaitez conserver la qualité optimale, n'abusez pas du mode EP (ou équivalent) procurant jusqu'à 8H d'autonomie. Ne dépassez pas de préférence le mode LP (4H en général) et sinon SP ou XP pour respectivement 2H et 1H de stockage en DVD.


Certains modèles offrent ainsi jusqu'à 6 ou 7 qualités, désignant autant de taux de compressions différents.



(Choisir son enregistreur DVD)

Compatibilités lecture, enregistrement

Les capacités de stockage ont beaucoup progressé. Un disque dur de 160 Go est désormais une capacité courante. On atteint des capacités vertigineuses (250 Go, 400 Go) dont la réelle utilité ne doit pas se traduire par un accroissement exagéré du prix, compte tenu de la baisse des prix des disques durs. Il faut en effet prendre conscience qu'un simple disque dur de 80 Go représente déjà près de 20 heures d'enregistrement dans une très bonne qualité. Et que le disque dur est destiné à être vidé de toutes façons.



Côté capacité de l'enregistreur DVD, les disques simple couche DVD-R 4,7 Go peuvent généralement enregistrer de 1H à 6H ou 8H selon les modèles et le choix de compression envisagé. Le DVD-Ram enregistre pour sa part jusqu'à 6H en général sur disque simple couche. Les résultats sont parfois très spectaculaires, même avec une très forte compression. Mais si vous souhaitez conserver la qualité optimale, n'abusez pas du mode EP (ou équivalent) procurant jusqu'à 8H d'autonomie. Ne dépassez pas de préférence le mode LP (4H en général) et sinon SP ou XP pour respectivement 2H et 1H de stockage en DVD.



Certains modèles offrent ainsi jusqu'à 6 ou 7 qualités, désignant autant de taux de compressions différents.



(Choisir son enregistreur DVD)

Encodage et montage



4 familles principales existent : DVD-R/RW, DVD+R/+RW, DVD-Ram et DL (Dual Layer). Les fabricants font généralement des choix et n'assurent que rarement une compatibilité tous formats. Par exemple, Pioneer défend essentiellement le DVD-R/RW tandis que Panasonic ou Hitachi mettent en avant le DVD-Ram. Sony est plus œcuménique et accepte souvent les formats - et +.


Les formats DVD-R et DVD+R sont concurrents mais fonctionnent sur un principe assez proche dans la mesure où ils ne sont enregistrables qu'une seule fois.


Le DVD-R offre une compatibilité avec la plus grande majorité de lecteurs de salon ou informatiques. Un disque DVD-R a besoin d'être finalisé pour être lu sur une platine, c'est là son inconvénient. cette opération est toutefois très rapide, quelques minutes suffisent. Le temps reste moins long que celui, pour ceux qui s'en souviennent encore, du rembobinage d'une K7 VHS...


Le DVD-RW, réenregistrable environ 1000 fois, adopte 2 formats d'enregistrement : Vidéo et VR. Le mode VR permet l'édition de séquences mais s'avère bien moins compatible que le mode Vidéo. Dans le format DVD-RW, contrairement au DVD+RW, le disque doit être finalisé pour être compatible avec un autre lecteur de salon. Un temps d'attente qui peut atteindre facilement quelques minutes.


Sauf cas particulier, les DVD+R/+RW n'ont pas besoin d'être finalisés, c'est là leur avantage. On peut remplacer une séquence par une autre mais au risque d'empiéter sur la séquence suivante.


Le DVD-Ram, surtout promu par Panasonic et Hitachi, théoriquement réenregistrable 100 000 fois, est assimilable au fonctionnement d'un disque dur. Aussi, l'étape de finalisation n'est-elle pas nécessaire comme dans le cas du DVD+R/+RW.


Le DL désigne le format Double couche (Double layer). Ce n'est pas un format à proprement parler mais la faculté pour un enregistreur d'étendre la capacité d'enregistrement de 4,7 à quasiment le double à une vitesse allant de x2,4 à x4. Mais les supports vierges sont encore onéreux : comptez de 6 à 8 € pièce. Et les modèles, encore rares. Enfin, ce format risque de se faire damer le pion, un jour ou l'autre, par les formats haute définition.


Le DivX est moins rare qu'autrefois en lecture. A son actif, un poids allégé pour une qualité redoutable. A l'enregistrement, il est plus difficile à trouver. Quoi qu'il en soit, même si nous mentionnons l'absence de DivX comme un défaut (selon le prix bien sûr), n'en faites pas un critère d'achat absolu.


Dans un proche d'avenir (mais pas d'affolement pour l'instant), il faudra aussi compter sur les formats DVD haute définition tels que le HD-DVD et son concurrent, le Blu-Ray.


Dans leur ensemble, les enregistreurs de salon lisent et enregistrent les 2 formats DVD-R et +R et leurs déclinaisons -RW et +RW. Le DVD-Ram est lu et enregistré par un nombre plus restreint de modèles, tout comme le format Double couche. Enfin, le DivX reste encore l'apanage de quelques rares enregistreurs alors que les lecteurs DVD le lisent très fréquemment. Un situation qui devrait prochainement changer.


Côté audio, qu'il s'agisse de lecture ou d'enregistrement, rares sont les enregistreurs DVD qui ne soient pas compatibles avec les CD Audio, VCD, SVCD, CD-R/RW, et CD-MP3. La compatibilité avec le format wma est plus rare.



(Choisir son enregistreur DVD)

Connectique

 



 


 



Prise DV



La prise DV (en façade en général), nommée IEEE1394, équipe un nombre important d'enregistreurs DVD. Elle est "In" (entrée), beaucoup plus rarement "out" (sortie). Certaines platines sont aptes à piloter le camescope via cette prise DV. Une souplesse réelle car dans ce cas, l'enregistreur synchronise les 2 appareils et crée une liste de lecture de chaque séquence issue du camescope.



 


 
Libre à vous ensuite d'arranger les séquences dans l'ordre voulu. A noter, la prise DV peut aussi parfois être pilotée depuis un PC, ou Mac. Mais attention, les connexions informatiques de type Ethernet RJ45 sont excessivement rares, on peut d'ailleurs s'en étonner (ou s'en offusquer !).
 

Vidéo composite et s-vidéo (Y/C)



Ces 2 sorties peuvent s'avérer bien utiles pour relier un amplificateur par exemple mais aussi un camescope (si l'entrée DV n'est pas disponible). Bien sûr, elles sont toujours présentes sur la totalité des enregistreurs DVD. La sortie s-vidéo est à préférer sur la composite simple.


 

Sortie composantes (YUV)



La sortie composantes nécessite un câble à 3 connecteurs à son extrémité. Elle permet de relier un équipement Home Cinéma, rarement équipé de Peritel. Mais surtout, en l'absence de prise HDMI, de reproduire la meilleure qualité possible sur un vidéoprojecteur ou un écran plat (Plasma ou LCD).


 
 

Prise Péritel



Au nombre généralement de 2, la prise Peritel Scart sert à connecter l'enregistreur DVD à votre TV avec une qualité tout à fait honorable. Elle est brochée au complet (21 broches).


 

Prise audio



La RCA reste la liaison de base mais elle est hors course dans une liaison de type numérique. Pour cette dernière, nécessaire par exemple avec un son Dolby Digital, les enregistreurs DVD possèdent généralement 2 sorties audio numériques : 1 coaxiale (RCA) et 1 optique.


 

Prise USB, fente pour carte SD



Certains rares enregistreurs DVD possèdent une telle prise (à la norme USB-2) qui permet, via ce port, de transférer les données de la partie disque dur vers un PC et vice versa. Mais ce type de prise disparaît au profit du port Ethernet. On trouve aussi des modèles chez Panasonic notamment, munis d'un slot SD ou Compact Flash, qui permet de recopier ses photos en jpg sur le disque dur ou la section enregistreur DVD.


 
 
 

Prise HDMI



Elle équipe un nombre croissant d'enregistreurs DVD. Elle est considérée comme la Peritel du futur pour la Haute définition. Elle présente l'avantage d'offrir une vraie liaison numérique sans nécessiter plusieurs câbles. La liaison HDMI préserve le signal entre la source (l'enregistreur DVD) et l'afficheur (TV, Plasma…).


 


(Choisir son enregistreur DVD)

Lecture différée, navigation, upscaling…

Lecture différée

La plupart des enregistreurs autorisent d'intervenir en direct sur un enregistrement. Nommé souvent Time Shifting (Panasonic, Samsung…) ou encore Chase Play (Pioneer) ou Pause Live TV (Philips), le principe repose sur une sorte de mémoire tampon. Elle enregistre un programme tout en invitant l’utilisateur à naviguer simultanément sur ce dernier. La durée de cette mémoire est paramétrable de 30 min à 2 heures. Vous pouvez, par exemple, faire une pause si l’on vous dérange alors que l’enregistrement se poursuit. Ou encore savourer « en direct » 50 fois la même séquence (au football, une action palpitante...) sans rien perdre de la suite que vous découvrirez plus tard !


Navigation



La navigation est parfois un exercice difficile pour le fabricant (et l'utilisateur !) lorsque l'appareil possède 2 platines aux multiples possibilités (entre elles et en elles-mêmes). Du coup, de grand écarts de facilité d'utilisation s'observent d'un produit à l'autre. Surveillez bien ce point. La réactivité de l'enregistreur peut aussi être plus ou moins optimisée. Comme l'arborescence des menus s'avère parfois complexe, un enregistreur DVD réactif n'est pas du luxe ! A ce propos, notez que comme un graveur informatique, les enregistreurs DVD, truffés d'électronique, peuvent bénéficier de mises à jours qui sont généralement à récupérer sur le site Web du fabricant.


Upscaling


Les enregistreurs DVD disposent désormais d'un upscaling, entendez par là un dispositif capable de convertir une image 720x576 pixels entrelacée en HD 1080i (système Sony) ou 720p (système JVC). L'upscaling permet de rehausser la précision de l'image en évitant les phénomènes de tremblements. Lors de votre achat, vérifiez sa présence éventuelle.


Divers


A noter diverses fonctions bien agréables comme le téléchargement des grilles de programmes (Electronic Program Guide ou EGP) qui permet de consulter ses programmes qui sont chargés depuis le réseau auquel vous êtes connecté. Votre antenne TV suffit pour cela et l'appui sur une touche unique. Certains fabricants comme Kiss vont même plus loin avec le Guide TV Web (c'est le mot Web qui importe ici). Son rôle est de vous permettre de programmer des enregistrements à distance, où que vous soyez, à l’aide d’un navigateur Web. Finis les temps où vous deviez rester face à votre enregistreur numérique pour programmer vos enregistrements préférés. Où que vous soyez (enfin, disons, au travail), vous vous connectez au Guide TV depuis votre ordinateur, votre PDA Wi-Fi ou GPRS ou encore le navigateur de votre téléphone, et vous programmez en quelques secondes l’enregistrement de votre choix.


A noter enfin la fonction Juke-box, destinée à stocker vos CD et les dispositifs anti-pub qui existent sous des appellations différentes.



(Choisir son enregistreur DVD)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de votre soutien
Voir les 4 avis d'internautes et donner le vôtre