Magazinevideo > Apprendre > Livres vidéo, photo, cinéma > Livres de photos d'art, divers

Ils sont partis vivre ailleurs

08 octobre 2014 par Sandrine Mercier et Michel Fonovich / Editions de la Martinière

Ils sont partis vivre ailleurs
Ils sont partis vivre ailleurs

Auteur / Editeur : Sandrine Mercier et Michel Fonovich / Editions de la Martinière
Prix indicatif : 29,90 euros
Pagination : 237 pages
Date de parution : 11 septembre 2014

Présentation éditeur

Qui n'a jamais songé à s'installer dans un autre pays ? Pour six mois, un an, toute une vie peut-être ? De plus en plus de Français partent tenter leur chance à l'étranger. En famille, en solo ou en couple, leurs motivations sont variées : découvrir un pays, apprendre une langue étrangère, créer une activité, rejoindre l'être aimé, réaliser un rêve, booster une carrière ou repartir à zéro... Des expériences riches et multiples qui montrent les différents visages de l'expatriation aujourd'hui. Cet ouvrage propose également un guide pratique pour répondre à toutes les questions que se posent les candidats au départ : comment choisir sa destination ? Comment trouver du travail, un logement ou une école pour ses enfants ? Quelles formalités administratives remplir ? Quel budget prévoir ? Et comment préparer son retour ?...

Notre avis

L’ouvrage de Sandrine Mercier et Michel Fonovich est captivant, et agréable à lire. Chacun des 28 portraits réalisés (un beau tour de force) est présenté sur 6 à 8 pages. La maquette est sage et aérée malgré une très large part donnée à l'illustration. 
 
L’ouvrage s’adresse en priorité aux futurs « expats », mais il ne saurait concerner que les volontaires au grand départ qui ont un projet professionnel bien défini. Il touche aussi ceux qui voyagent fréquemment, et finissent par songer à s’installer dans l’une de leurs destinations préférées de vacances, voire ceux qui voyagent par procuration en projettant leurs propres rêves à travers des destins d’expats.
 
D’emblée, le livre évite un écueil. Contrairement à la plupart des reportages télévisés qui abordent le thème de l’expatriation, les expats ne sont pas abordés sous l’angle d’un seul pays Eldorado (type Thaïlande) ni sous le lancinant aspect économique (genre "il a quitté la France pour monter sa boîte à Hong Kong"). Même si l’ouvrage décrit le cheminement de quelques créateurs d’entreprises, ce n'est pas la l'angle d'approche du livre. 
 
La deuxième qualité de « Ils sont partis vivre ailleurs » est la grande variété des protagonistes, tant par la diversité des pays habités que par celle des « projets de vie » des expats. On déambule dans des aventures folles ou difficiles à bâtir, mais toutes très différentes. On s’étonnera juste de l’absence de portraits de français vivant en Inde, continent cinq fois grand comme la France, hormis les portraits limitrophes de François au Népal et de Corentin au Bengladesh.
 
Dernier attrait du livre - même si ce n’est pas sa vocation première - il apporte en fin d'ouvrage une multitude d’informations pratiques comme celles sur la scolarité des enfants, les impôts, ou les consignes à suivre vis-à-vis de son logement en France... Sans compter qu'au coeur du livre, les témoignages des expats fournissent aussi leur part d'infos concrètes.
 
Les 28 personnalités sont variées et partagent presque toutes des destins assez exceptionnels  : un snowboarder qui devient fromager au Népal, une étudiante qui oeuvre auprès des orphelins du Sida en Afrique du Sud, un ancien fondateur d’un cabinet d’avocats devenu prêtre à Oran, ou encore un commercial qui devient instructeur de plongée dans les caraïbes. Et que dire de cette journaliste restée 3 ans à Ramallah, ou de ce couple de saisonniers devenus conducteurs de traîneaux en Laponie ou encore de cet étudiant qui se retrouve directeur d’un centre de soins de primates à Bornéo ! Et je pourrais continuer la liste…  
 
C’est à la fois la force et la faiblesse du livre : tous les expats ou presque, ont des personnalités hautes en couleurs mais ils ne reflètent pas nécessairement la majorité des profils qui quittent l’Hexagone. Ainsi une part non négligeable d’expats sont de simples retraités qui possèdent une belle villa au Maroc ou en Thaïlande. Le livre aurait ainsi pu s’intituler « 28 portraits d’expatriés originaux ».

Laisser un commentaire

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu de l'ajout de commentaire par email
Votre commentaire (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon commentaire

Ils sont partis vivre ailleurs : les commentaires

Soyez le premier à déposer un commentaire !