Magazinevideo > Actus > Actus informatique

Blade, l'avenir sans ordinateur physique

22 novembre 2017 par Thierry P.


On parle d’eux crescendo depuis 3 ans. Il faut dire que dans le secteur informatique, il n’est pas si fréquent que des frenchies fassent une 3e levée de fonds de 51 millions d’euros (!) auprès d’investisseurs renommés comme le fondateur de Priceminister et de Ventesprivees.com ou encore du fondateur de LDLC et d’un ancien géant thaïlandais des énergies renouvelables. 
 
Eux, c’est Blade. Une jeune pousse de développeurs, ingénieurs réseaux, graphistes, etc. qui s’attaquent depuis quelques années à une idée révolutionnaire mais logique, qui explique l’appétit des « business angels » pour leur technologie.
 
Pour comprendre ce qui se trame dans le Landerneau de l'informatique grand-public, il faut changer de paradigme. Oubliez tout ou presque de ce que vous connaissez. Le pari de Blade, c’est d’abord une absence totale d’ordinateur physique, juste un ordinateur dans le nuage, configuration plus connue sous le nom de Cloud Computing. C’est à dire qu'au lieu de vous borner à placer vos documents, fichiers photo (parfois vidéo) sur un serveur, vous remplacer tout votre ordinateur physique par un ordinateur "cloudé". Vous disposez juste d'un boîtier dédié sous Windows 10 et votre écran habituel pour afficher / piloter votre ordinateur à distance. Enfantin, non ?
 
On devine bien les avantages d’un tel système qui existe en fait depuis longtemps mais pas de façon aussi développée. L’ordinateur est toujours à jour au gré des avancées du « hard », sans nécessiter la rachat d’une nouvelle machine équipée du dernier processeur Intel ou sans requérir (sur PC) de changer la carte graphique pour booster votre ordinateur. La puissance de calcul est démultipliée en vous donnant les outils adéquats comme la GForce GTX 1070, un bête de course et un processeur Intel Xeon 3C de 6 To. « Accessoirement », plus aucun risque de vous faire voler votre ordinateur portable ou votre PC de salon en rentrant de vacances. 
 
Bref, Blade est en quelque sorte un loueur d’ordinateurs sur le Cloud. Il existe tout de même un inconvénient technique : sans connexion Web, vous ne pouvez pas utiliser votre ordinateur. Mais "demain", ne pas être connecté deviendra vraiment rare.
 
Blade n’est donc pas un projet dans un carton. Blade est déjà lancé depuis environ 1 an 1/2 avec sa solution nommée Shadow passée en phase opérationnelle depuis juin 2017. On les verra aussi lors du CES de Las Vegas en 2018. Avant cela, une conférence de presse aura lieu vendredi 24 Novembre 2017.
 
La solution Shadow intéresse au premier chef ceux qui ont besoin d’une grande puissance comme les gamers (adeptes du jeu vidéo en ligne, qui pratiquent le "Cloud gaming"), c'est d'ailleurs eux qui ont été les premiers sollicités à titre de béta-testeurs. Mais toutes les professions ou activités nécessitant de grosses capacités de calcul risquent d’être intéressées à terme par cette solution. On pense aux développeurs, aux architectes, mais aussi aux graphistes et aux monteurs vidéo qui exploitent de lourds fichiers ou des logiciels de type After Effects.
 
Concrètement, et sans décrire tout le système qui n’est pas l’objet de cette news, Shadow repose sur un boîtier compact (pas si petit mais gratuit) garni de ports USB, Ethernet, etc qui peuvent être reliés à un écran. A l’intérieur, un processeur AMD Merlin Falcon (et bientôt GTX 1080) est associé à 8 coeurs Radeon cadencés à 800 Mhz. La compatibilité avec le H.265 est assuré.
 
On accède à sa machine depuis un compte client Windows, OS X ou Android et pas seulement depuis le boîtier fourni. Du coup, un gamer dans l’âme équipé d’un Mac peut jouer à un jeu Windows par exemple, ce qui actuellement est rigoureusement impossible ! 
 
Côté serveurs, les ressources sont en partie partagées avec d’autres utilisateurs, mais vous conservez une « partie de serveur » spécifique. 
 
Commercialement, le système fonctionne sur la base d’un abonnement. Les tarifs en vigueur vont de 30 à 45 euros / mois. Cher ? Faites le calcul de ce que vous coûte un ordinateur très musclé à changer tous les 3 à 5 ans, avec une course perpétuelle aux derniers équipements, et vous aurez la réponse.
 
Pour le moment, l’offre est réservée aux clients qui ont la fibre pour des raisons évidentes de débit et de qualité d’image requise.
 
Autre interrogation: la sécurité. Les développeurs ont prévu de mettre en oeuvre tous les atouts sécuritaires connus à ce jour : des serveurs en France, des données chiffrées lors de l’envoi. Et pour attaquer votre « ordinateur », il faudra d’abord attaquer celle du data center, ce qui fait une double protection.
 
Bref, levez la tête et regardez les nuages, vous pourriez bien y voir la forme de votre prochain ordinateur.
 

Articles correspondants

 

 

Laisser un commentaire

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu de l'ajout de commentaire par email
Votre commentaire (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon commentaire

Blade, l'avenir sans ordinateur physique : les commentaires

breaux Invité

25 Novembre 2017 à 06:36 - ( Répondre à breaux ) - Signaler un abus

comment allons-nous faire nos montages vidéos, graver des DVD ?
Breaux Invité

25 Novembre 2017 à 06:34 - ( Répondre à Breaux ) - Signaler un abus

On aura toujours besoin d'un ordinateur, ne serai-ce pour faire les montages vidéos.